Michel odoul formateur ostéopathie

PORTRAIT DE MICHEL ODOUL

Dites-nous en un peu plus sur vous !

je m’appelle Michel Odoul. Je suis le fondateur de l’Institut Français de Shiatsu, sis à Paris et je suis également conférencier et auteur de plusieurs ouvrages qui font référence dans le domaine des  « médecines complémentaires », dont le best seller « Dis moi où tu as mal je te dirai pourquoi », l’ouvrage de référence dans le domaine du Shiatsu et de la M.T.C. « Shiatsu Fondamental » (chez Albin Michel et chez Dunod) ou encore le titre « Shiatsu » publié aux Presses Universitaires de France (collection Que sais-je)..

Ces livres rencontrent un succès incontestable en France mais également à l’étranger (USA, Chine, Russie, Europe, etc.). De nombreux praticiens, énergéticiens, psychologues, médecins font référence à mes travaux et viennent se former dans mon Institut.

A ce titre, j’enseigne le Shiatsu, la Psychoénergétique et la Psychologie Corporelle Appliquée dans mon Institut ainsi que lors de formations Postgrad dans le cadre de l’école EUROSTEO à Aix en Provence, ou de l’école ESCLARMONDE en Suisse.

J’interviens également dans le DUMMN (DU Médecine, Méditation et Neurosciences) mis en place à Strasbourg par le Dr Jean Gérard Bloch et le DU de Médecine Intégrative enseigné à la Faculté du Kremlin Bicêtre (Paris). Le Ministère des Armées fait enfin régulièrement appel à moi, dans le cadre de sa mission « Handicap » afin d’assister ses équipes.


Quel regard portez-vous sur l’ostéopathie aujourd’hui ?

 

« On pourrait d’ailleurs dire que le Shiatsu est de l’ostéopathie « orientale » »

L’ostéopathie aujourd’hui est la technique thérapeutique globale qui prend en compte l’intégralité de l’individu et non la seule partie de celui-ci en souffrance. C’est ce qui m’a conduit à considérer que l’ostéopathie a de grandes zones de pensées et d’action commune avec ma pratique personnelle qui est le Shiatsu. On pourrait d’ailleurs dire que le Shiatsu est de l’ostéopathie « orientale ». Les similitudes sont grandes, comme l’importance de la colonne vertébrale ou le travail viscéral. La seule différence réside dans l’appui référentiel du Shiatsu sur la M.T.C, et par conséquent la vision énergétique du monde. C’est en cela que l’ostéopathie et le Shiatsu ont beaucoup à partager et à s’enrichir mutuellement.

 

Quels sont les ostéopathes ou autres personnages qui vont ont inspirés tout au long de votre carrière ? 

J’ai personnellement été inspiré par l’Orient et ses philosophies. J’ai pratiqué l’aïkido pendant plus de 20 ans, j’ai rencontré la Chine et le Japon et ce sont principalement des maîtres tels que Nakazono Senseï (Aïkido et Shiatsu) qui m’ont inspiré. Cependant, je fus marqué dans mon enfance par un homme étonnant, un rebouteux disait-on alors, qui s’appelait Monéron et qui consultait en Centre France. Ses pratiques vertébrales, rapides et efficaces, associées à une qualité d ‘être de très grande qualité, m’avaient stupéfait. Je m’étais dit alors que j’aimerai un jour soigner ainsi.

 

À quel moment avez-vous ressenti le besoin de transmettre ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

Le besoin de transmettre m’est venu très vite et presque naturellement. En effet, dans la pratique de l’aïkido, les élèves plus avancés deviennent fréquemment des assistants de l’enseignant, notamment auprès des élèves débutants. Et voire ceux-ci progresser, évoluer et parfois même vous dépasser, fut un sentiment assez fort pour moi. La deuxième raison ensuite fut que, pour moi, lorsque l’on possède une connaissance, c’est un devoir de la transmettre. Ce fut encore plus clair lorsque j’ai élaboré mes propres concepts et techniques thérapeutiques. C’est pour toutes ces raisons que j’ai très vite créé mon Institut de formation professionnelle.

Quelle(s) formation(s) animez-vous  ?

J’anime des formations en Shiatsu qui vont de l’initiation à la pratique professionnelle. J’anime également des formations en Médecine Traditionnelle Chinoise et enfin des formations dans un domaine qui me tient particulièrement à coeur: les relations corps/esprit. 

« Photo M. Odoul, école IokaI Tokyo de Masunaga Haruhiko, 2018 » 

Pourquoi avez-vous créé cette ou ces formation(s) ?

J’enseigne ainsi la Psycho-énergétique et la Psychologie Corporelle Appliquée. Ce sont, à mon sens, les deux piliers fondamentaux d’une pratique thérapeutique capable de donner du sens à la souffrance et de nourrir le processus de guérison chez le patient.
 

 

Quels nouveaux outils vos futurs stagiaires auront en leur possession après avoir réalisé votre formation ?

Ils auront 3 outils centraux, en termes de compréhension. La M.T.C. qui va leur ouvrir un regard d’une richesse étonnante sur ce qu’est un être humain, dans sa globalité et dans sa structure. La Psycho-énergétique va leur apporter une incroyable lecture de ce que sont les principes de vie et de relations entre le corps et l’esprit. Le symptôme ou le traumatisme en deviendront porteurs de sens et de réponse, pour le praticien comme pour le patient. Car l’écoute et le dialogue viendront nourrir et enrichir le geste thérapeutique d’une dimension bluffante. Enfin, la Psychologie Corporelle Appliquée viendra apporter des gestes et des points d’action, selon les manifestations chez le patient. Par l’étude de plus de 200 symptômes ou traumatismes, détaillés sous le regard de la Psycho-énergétique, les élèves trouveront des clés de compréhension de situations déjà rencontrées et qui ont pu les laisser désarmés, tout comme des clés d’action complémentaires aux techniques qu’ils connaissent et utilisent déjà. C’est une perspective incroyable

Le mot de la fin ?

Le soin au vivant est un merveilleux voyage dont la richesse des perspectives dépend aussi de l’acuité du regard. Alors voyageons ensemble. C’est le regard de nos patients qui nous dira combien cela les a aidé.

Suivez-nous sur les réseaux !

Commentaires

mood_bad
  • Pas d'avis pour le moment.
  • Ajouter un commentaire